Témoignages | Insertion

Les associations Createlier et Acart : des tremplins pour lever les freins à l’emploi

Publié le 5 juin 2019

Les associations Createlier et Acart : des tremplins pour lever les freins à l’emploi

“De manière générale, pratiquer une activité physique permet de se défouler, se vider la tête. L’accompagnement du DAHLIR sert aussi à cela : ressentir des émotions, en libérer quelques-unes et surtout s’ouvrir au monde extérieur.”

Des ateliers “tremplins” pour la remobilisation vers l’emploi :

Dans le Cantal, les Associations d’insertion par l’activité économique CREATELIER et ACART œuvrent en faveur de la re-mobilisation vers l’emploi.

Virginie Constensou est conseillère en économie sociale et familiale au sein de l’association CREATELIER.

Sa mission ? Identifier et lever les freins des personnes afin de les accompagner vers la reprise d’une activité professionnelle pérenne.

“Les ateliers de nos chantiers d’insertion servent de « tremplin » à la personne, entre sa période de chômage et la reprise d’une activité professionnelle en milieu ordinaire ou adapté.

Je les accompagne sur le volet social, par exemple : la gestion d’un budget, l’accès aux soins, à un logement, aux loisirs (avec le DAHLIR)…etc. Mais aussi sur le plan professionnel, en définissant avec eux un projet professionnel au travers de formations, d’immersions au sein d’entreprises…”

Autour de 4 activités : la couture, la sous-traitance industrielle, le jardinage et la création, CREATELIER et ACART accompagnent environ 70 salariés éligibles à l’IAE*, soit 55 ETP, orientés par Pôle Emploi, le Plan Local pour l’Insertion par l’Emploi, Cap Emploi, les Missions Locales.

*IAE : Insertion par l’Activité Economique

Un parcours vers l’insertion professionnelle :

Dans le cadre de ce parcours vers l’insertion professionnelle, les loisirs peuvent constituer un support essentiel pour lever des freins au niveau de la confiance en soi, l’ouverture vers l’extérieur…

“Nous avons ciblé environ 15-20 personnes pour la première présentation du DAHLIR. Celles et ceux qui se sont montrés intéressés par l’accompagnement du dispositif ont échangé leurs coordonnées avec la chargée d’accompagnement pour fixer la date d’un prochain entretien. Nous avons organisé la première réunion d’information collective, mais la démarche vers l’entretien individuel doit venir d’eux même.

Nous sommes là en appui mais pas pour faire à leur place. Cela les remobilise et leur permet de reprendre confiance en eux. Nous nous effaçons au fil du parcours petit à petit, afin qu’ils deviennent autonomes.”

En complément de l’accompagnement mis en place par CREATELIER et ACART, le DAHLIR va faire le lien entre le projet de loisirs de la personne et le club afin de faciliter son intégration.

“Grâce à ce partenariat, c’est un accompagnement global que nous pouvons proposer à la personne.

La pratique d’une activité qu’elle soit physique, créative ou autre, est essentielle pour leur bien-être et leur insertion sociale ; cela leur permet d’avoir une activité en dehors du contexte familial et professionnel et leur apporte une soupape de décompression en quelque sorte. »


Propos recueillis par Carine Bonnal