Actions inspirantes | Insertion

Issoire : Quand le sport pousse les publics fragilisés à l’action

Puy-de-Dôme (63)

Publié le 8 novembre 2021

Issoire : Quand le sport pousse les publics fragilisés à l’action

Depuis 2016, le DAHLIR propose des ateliers pour découvrir des activités sportives à Issoire dans le Puy-de-Dôme. Ces séances hebdomadaires sont organisées en collaboration avec le Centre Communal d'Action Sociale (CCAS) de la ville dans le cadre de son action d'insertion sociale Graines d'avenir.

Ce vendredi matin du mois d’octobre, sept bénéficiaires du Centre Communal d’Action Sociale d’Issoire étaient réunis, pile à l’heure, devant la porte d’entrée du Gymnase Laura Flessel. Habituellement utilisée par les escrimeurs, en témoigne par ailleurs les pistes dessinées sur le sol, la salle accueillait ce jour-là l’atelier de découverte sportive coordonné par le DAHLIR en faveur des publics fragilisés.

Parmi les bénéficiaires présents, Joëlle est très certainement la doyenne du groupe et ne manquerait pour rien au monde ce rendez-vous hebdomadaire qu’elle essaye de fréquenter le plus souvent possible. Ce matin-là, Joëlle ne se sent pas très bien et restera assise sur une chaise jusqu’à la fin de la séance pour observer ses camarades après avoir fait l’effort de s’exercer à l’activité volleyball adapté préparée par Sara Verges, chargée d’accompagnement du DAHLIR. Mais pour elle, qu’importe :

 

“Ça me fait du bien de venir, ça me soulage. Généralement, le sport apaise mes douleurs mais aujourd’hui j’ai dû m’arrêter. Ce n’est pas grave, j’essaye quand même de venir dès que je le peux pour essayer et voir du monde. Je pourrais toujours faire les étirements à la fin avec les autres”.

 

Depuis cinq ans maintenant, l’association DAHLIR travaille avec le CCAS d’Issoire et son action d’insertion sociale Graines d’avenir dans le cadre de ces ateliers de découverte sportive. L’action financée par le Fonds Social Européen a connu des débuts en demi-teinte mais les séances ont été progressivement de plus en plus fréquentées, jusqu’à une dizaine de personnes aux parcours de vie cabossés et orientées par le Centre vers un programme de réinsertion sociale. L’objectif de ces ateliers est de permettre à ces personnes de retrouver confiance en eux, de remettre leur corps en mouvement pour les aider à retrouver leur place dans la société, une situation stable ou un emploi.

Une complémentarité au parcours d’insertion qui fait ses preuves d’après Nadège Boyer, animatrice du CCAS :

 

“Ces séances de sport adapté poussent les bénéficiaires à l’action, cela leur donne envie d’entreprendre et de gagner en autonomie. Certains font désormais leurs papiers par eux mêmes, d’autres reprennent une activité professionnelle ou personnelle. D’ailleurs, il nous arrive régulièrement de perdre des personnes sur les ateliers lorsqu’ils intègrent une formation, un emploi. Cela montre que cette action a un effet positif dans leur parcours d’insertion. Elle peut-être un déclic. L’activité physique est un outil essentiel pour remobiliser les personnes physiquement, psychiquement et socialement.”

 

Tennis de tables, basket, handball… de nombreux sports ont déjà été proposés lors de ces ateliers du vendredi matin. Les bénéficiaires ont également participé à des activités communes avec l’ANEF 63 et le CHRS CCAS de Clermont-Ferrand dont une journée découverte de l’Athlétisme au Stadium Jean Pellez d’Aubière.

Pour certains, présents lors de la séance de volleyball, ces ateliers leur ont donné envie de s’inscrire dans une association sportive pour se perfectionner alors que d’autres, septiques au départ, pensaient ne jamais pouvoir refaire du sport, abandonné après leur scolarité. Finalement, tous ont retrouvé confiance en leurs capacités grâce aux activités adaptées.

 


Article rédigé par Samuel Joubert